Concarneau - Ville Bleue

A-
A
A+
@villeconcarneau  -  Jui 03

[Ouverture des plages #Concarneau] L'ensemble des plages de Concarneau sont rouvertes à compter du 03 juin 2020. https://t.co/UHatOa3e6N

Dossiers

Attractivité touristique, qualité esthétique du cadre de vie, le patrimoine architectural d’une commune constitue un atout manifeste que Concarneau entretient désormais avec l’aide de l’État grâce à une convention signée récemment.

Arrêt sur image

Épicerie solidaire et sociale

Épicerie solidaire et sociale, un petit coup de pouce qui fait du bien

Un petit coup de pouce qui fait du bien

Depuis 2014, année de sa création, l’épicerie sociale et solidaire Ti Coup de pouce du CCAS ouvre ses portes deux fois par semaine aux familles et aux personnes orientées par un travailleur social. Le lieu fonctionne avec une petite trentaine de bénévoles, pour la plupart présents depuis le début de l’aventure.

Lundi matin, à quelques heures de l’ouverture, une poignée de bénévoles s’activent autour du camion de l’épicerie sociale. À peine arrivé sur le petit parking de la rue Villebois- Mareuil, aussitôt vidé ! Les caisses de denrées alimentaires sont déchargées, pesées et rangées. « On trie aussi ce qu’on a en stock, comme les fruits et légumes pour ne garder que ceux bons à consommer », explique Annie, bénévole présente tous les lundis après-midi.

UNE PRÉSENTATION SOIGNÉE

Si la présentation est essentielle, l'accueil est le petit plus qui fait la différence« Il y a une vraie logique de magasin avec la réalisation d’un réel travail de présentation et de manipulation des produits, explique Julia Quidelleur, coordinatrice du lieu pour le Centre communal d’action sociale (CCAS). Sans les bénévoles, l’épicerie ne tournerait pas. Et tout est fait de manière professionnelle, avec un respect de la chaîne du froid et des règles d’hygiène. » L’épicerie est approvisionnée par la Banque alimentaire et les supermarchés alentour via Breizh Phenix, une start-up bretonne qui aide les grandes surfaces à donner leurs invendus arrivant à péremption.
Intermarché de Rosporden le lundi, Casino de Trégunc, Intermarché Lanriec et Leclerc de Concarneau le mercredi, les tournées sont bien rodées.
Et pas question pour les bénévoles de prendre leur rôle à la légère. La plupart ont suivi les formations de la Banque alimentaire. Tout doit être impeccable, par respect des personnes qui viennent acheter les produits. « Nous avons appris à bien présenter les rayons avec les techniques de la grande distribution », souligne Monique, sur le pont chaque lundi matin.

ACCUEIL, CONSEILS ET PETIT CAFÉ

Si comme dans toute supérette, la présentation est essentielle, le petit plus qui fait la différence, c’est l’accueil. Les  «clients » sont reçus sur rendez-vous. « Certaines personnes ne rencontrent pratiquement que nous dans leurs journées, alors c'est important de bien les recevoir. On les accueille dans la salle qui sert de cafétéria, on prend le temps de boire un café, de discuter », développe Annie. « On peut aussi les conseiller, leur donner des recettes pour leur faire essayer de nouveaux produits. Il n’est pas rare de les voir s’échanger de bons conseils », ajoute Monique. Parfois, certains animent même des ateliers cuisine, régulièrement organisés par l’épicerie. « On essaie aussi de les motiver pour participer à des activités comme celles du centre socioculturel La Balise. Moi, j’y ai suivi des cours d’anglais. C’est un lieu ouvert à tout le monde, il y a une mixité sociale incroyable. On souhaite leur donner envie d’y aller », poursuit la bénévole.

298 personnes soit 150 familles ont été reçues à Ti coup de Pouce de janvier à novembre 2017.

Objectif : soulager le budget des foyers pour leur permettre de rebondir, d’équilibrer les finances et de sortir de l’aide d’urgence. Les droits (trois mois, renouvelables deux fois) sont étudiés par une commission composée d’élus du CCAS, de professionnels du CDAS et de la Mission locale, et à tour de rôle de représentants du Secours catholique et de La Croix Rouge.

UN MÊME SERVICE POUR TOUS

Les bénévoles réceptionnent les dons des supermarchés alentour.« On finit par connaître les habitudes de chacun. On fait attention aux familles avec enfants, aux personnes qui suivent des régimes spécifiques. On doit parfois limiter les achats par souci d’équité, car tous les clients doivent avoir un choix équivalent », souligne Annie.
Les fruits et légumes frais sont gratuits et proviennent en partie de l’atelier d’insertion sociale de Lamphily, tout comme le pain, offert par les boulangeries Le Roux et Oliviero de Concarneau. Une fois les courses faites, les clients passent à la caisse et paient en espèces, l’équivalent de 10 à 30 % de la valeur des produits.
L’argent servira à refaire les stocks. Une chaîne de redistribution des invendus est mise en place avec les partenaires locaux. Tout est fait pour éviter le gâchis. Quand c’est impossible, les produits alimentaires complètement périmés vont dans un composteur récemment installé. Le compost enrichira les jardins collectifs de Lamphily. L’épicerie prépare également des colis alimentaires d’urgence pour des personnes en grande précarité, prises en charge par le CCAS ou le CDAS (Centre départemental d’action sociale).
> Contact

Epicerie sociale et solidaire : locaux de la rue Villebois-Mareuil Tél. 02 98 66 47 60
CCAS, 14 rue de Courcy Tél. 02 98 60 52 40

Please publish modules in offcanvas position.