Concarneau - Ville Bleue

A-
A
A+
@villeconcarneau  -  17h

RT @Prefet29: Épisode de #pollution atmosphérique par particules fines PM10 : - personnes vulnérables : redoublez de vigilance - vitesse ré…

Dossiers

Attractivité touristique, qualité esthétique du cadre de vie, le patrimoine architectural d’une commune constitue un atout manifeste que Concarneau entretient désormais avec l’aide de l’État grâce à une convention signée récemment.

Arrêt sur image

Jumelage - Senne et Concarneau : bientôt 50 ans d’amitiés, et plus si affinité…

Depuis bientôt 50 ans, les échanges se succèdent sans interruption entre Concarneau et sa jumelle allemande. Des rencontres, des découvertes, de belles amitiés et même des mariages ponctuent ce jumelage exemplaire, né avec l’Europe.

«Il n’y a aucun lien, aucun point commun initial entre Concarneau et Senne ! » Michel Le Bourhis, président du comité de jumelage de Concarneau, s’amuse à ce simple constat. Senne est une ancienne ville industrielle, intégrée à la grande ville de Bielefeld, cernée de forêts, forte de ses 330 000 habitants. Pourtant, depuis bientôt 50 ans, les deux villes entretiennent des relations vraies et durables. Chaque année, 25 jeunes Concarnois de 14 à 17 ans partent pour Bielefeld-Senne, dans la région de la Ruhr au nord-ouest de l’Allemagne. Logés dans des familles d’accueil, ils découvrent la région, la langue et la culture. En retour, ils accueillent les jeunes Allemands en été dans leurs propres familles à Concarneau.
« Ce principe d’échange est très important, précise Michel Le Bourhis. C’est ce qui permet de mieux découvrir le pays, de rentrer dans son intimité. » À l’heure d’Internet et du tourisme de masse, vivre le quotidien d’une famille allemande offre une approche plus authentique, au plus près de la réalité et de la vie locale.
« Les jeunes disent que c’est autour de la cuisine qu’ils apprennent la langue. C’est à l’occasion des repas que l’on se retrouve et que l’on essaie de communiquer. » Car une bonne partie des ados qui participent à ces échanges ne parlent pas la langue ! « Ce n’est pas nécessaire, il suffit d’être motivé. Et puis, les Allemands parlent très bien l’anglais, mieux que nous… » D’ailleurs, c’est souvent le voyage à Bielefeld-Senne qui donnera l’envie d’apprendre l’allemand aux jeunes. « Moi-même, j’ai fait mon premier voyage il y a 35 ans sans parler un mot. Un déclic : j’ai trouvé dommage de ne pas comprendre ma famille d’accueil. Alors j’ai appris l’allemand. Et aujourd’hui, j’ai gardé le contact avec cette famille : on se voit 2 ou 3 fois par an, je les considère
comme des parents. »

UNE AMITIÉ NÉE EN MUSIQUE

Concarneau, fille de l’eau, et Senne, ville  du lin, se sont rencontrées grâce au bagad. C’est en revenant d’un déplacement en Hongrie, que le bagad de Concarneau a fait une halte à Senne, en 1968. « Un petit concert improvisé a permis de créer les premiers contacts. Les maires des deux
villes se sont rencontrés, c’était en plein boom des jumelages », raconte Michel Le Bourhis. La signature de la charte entre les deux cités intervient dès 1969, comme de nombreuses villes bretonnes qui se lient à la même époque avec l’Allemagne (près de 500 jumelages). « Il y avait cette envie de renforcer les liens France/Allemagne, de s’intéresser à l’Europe en devenir. » Michel Le Bourhis sera du voyage dès 1982.
« Quand on se déplaçait à Senne, c’était avec 10 bus et 500 personnes ! »

UN ÉCHANGE OUVERT À TOUS

Si aujourd’hui les échanges avec Bielefeld- Senne sont moins denses, ils attirent toujours les jeunes comme les adultes, car ces derniers peuvent aussi bénéficier d’un voyage par an, au printemps, et d’un logement dans une famille d’accueil, avec des visites et des animations organisées. Et les liens se tissent : avec des échanges autour des stages et des formations, des voyages scolaires, des expériences professionnelles, même un appartement à disposition… « Je viens de recevoir une carte postale d’une jeune fille : elle est partie un an en Allemagne en formation. Il y a aussi Malte, un jeune Allemand qui vient ici à Concarneau depuis ses 13 ans. Quelques Concarnois sont allés vivre en Allemagne, d’autres s’y sont mariés… » égrène Michel Le Bourhis. Prochain grand rendez-vous en 2019, pour les 50 ans du jumelage et le renouvellement des vœux des deux villes.
> Pratique Comité de jumelage, permanences et renseignements au 110, av. de la Gare, le samedi de 10h à 12h.
Portable : 06 66 08 92 88

Please publish modules in offcanvas position.