Concarneau - Ville Bleue

A-
A
A+
@villeconcarneau  -  Sep 20

Prochain Conseil municipal 📋le 26 septembre, télécharger l'ordre du jour -> https://t.co/FTdbHynPP5

Dossiers

Sensible aux évolutions de l’environnement, Concarneau intègre celui-ci dans sa politique de développement par l’intermédiaire de l’agenda de la biodiversité (ABC, en cours d’élaboration, lire Sillage n° 97). Dans ce cadre, la Ville ne doit négliger aucun des biotopes* de son territoire.

Arrêt sur image

« J’habite ici » - Deux ans pour dessiner une carte subjective de Concarneau

Concarneau propose une création artistique participative et une vraie aventure humaine pour redessiner la Ville bleue à travers le ressenti des habitants. Ce projet de « carte émotionnelle » doit durer deux ans, avec l’aide d’un artiste.

Ville Close, quai Carnot, avenue de la Gare, Corniche, Carré des Larrons : certains pourraient dessiner de mémoire le plan de Concarneau. On en connaît la géographie, les noms des principales rues et places. Mais c’est l’usage et le ressenti des habitants qui vont servir à construire ce nouveau programme artistique imaginé par le service Culture de la Ville. « J’habite ici » est un projet participatif auquel tous les habitants sont conviés, mais aussi les commerçants, les visiteurs de passage et tous ceux qui font vivre la cité. Sous la conduite d’un artiste, le projet vise à dessiner une « carte émotionnelle » de Concarneau.

UNE CARTE ÉMOTIONNELLE SUBJECTIVE

Sur la base d’une topographique fidèle de la ville, c’est-à-dire un plan, les noms et les légendes seront remplacés par des informations subjectives, liées à l’usage de l’espace urbain par ses habitants. « Ils pourront renommer, colorer, imaginer tout moyen de se réapproprier leur ville, explique Johanne Perez, responsable du service Culture. Ainsi, par exemple, le boulevard Bougainville pourrait devenir  «Là on va se promener le dimanche ». » Une démarche originale qui va se construire sur le long terme à travers des ateliers, des rencontres, des questionnaires menés par l’artiste désigné par la commission Culture pour diriger le projet. « Le travail sera réalisé avec toutes les catégories de la population : les enfants dans les écoles, les seniors dans les Ehpad, les riverains sur le marché, dans les conseils de quartiers, à la médiathèque et en s'appuyant sur les actions déjà menées par les services de la Ville, telles que "Ma tête se balade en ville" ou "Mémoires en chantier". L’objectif est de collecter la parole des habitants sur la manière dont ils ressentent leur ville. »

UN PROJET ARTISTIQUE FÉDÉRATEUR

Il faut s’attendre à des surprises, à voir rejaillir des souvenirs, à découvrir un nouveau visage de la ville, d’un quartier, d’une rue. « Par exemple, l’avenue de la Gare n’évoque rien pour les adolescents, mais les anciens, eux, se souviennent de la gare de Concarneau, disparue il y a 20 ans ! » Sons, écrits, photos, vidéos, paroles, parfum, lumière : le collectage débutera dès le mois de septembre jusqu’en juin 2019. Ensuite, la carte émotionnelle intitulée « Plan d’ici » sera dessinée et imprimée à 1000 exemplaires pour être mise en vente à la Maison du patrimoine. Elle sera accompagnée d’une exposition à l’automne 2019. Une initiative artistique qui s’inscrit aussi dans la démarche de démocratie participative associée au Plan local d’urbanisme en cours de révision. « On a cherché ce qui réunit tous les Concarnois : et c’est tout simplement leur ville ! Comment ils la vivent au quotidien, y compris l’été, avec l’afflux de touristes. C’est un projet rassembleur qui s’adresse à tout le monde et qui offre une réelle opportunité d’échange et de transmission. »

> Calendrier

Juin 2018 : arrivée et immersion de l’artiste sélectionné
Septembre 2018 – juin 2019 : collectage et enquête
Automne 2019 : exposition et diffusion du Plan d’ici

Des cartes émotionnelles ailleurs

Saint-Avé, Rennes, Nantes, Bruxelles ou encore Angers, les villes et les quartiers s’intéressent à la géographie émotionnelle pour donner la parole aux habitants. Mais ces projets sont le plus souvent réalisés au moyen d'ateliers avec l’aide d’un sociologue. Concarneau est la seule ville à y consacrer deux années de travail et dans une démarche uniquement artistique.

Please publish modules in offcanvas position.