Concarneau - Ville Bleue

A-
A
A+
@villeconcarneau  -  Sep 24

𝗛𝗔𝗟𝗟𝗘𝗦 𝗗𝗘 𝗖𝗢𝗡𝗖𝗔𝗥𝗡𝗘𝗔𝗨 - 𝟭 𝗦𝗧𝗔𝗟𝗟𝗘 𝗗𝗜𝗦𝗣𝗢𝗡𝗜𝗕𝗟𝗘 // ℹ️ Candidature à adresser en mairie au service Commerce-Tourisme avan… https://t.co/ShRvOgoOGv

Dossiers

Attractivité touristique, qualité esthétique du cadre de vie, le patrimoine architectural d’une commune constitue un atout manifeste que Concarneau entretient désormais avec l’aide de l’État grâce à une convention signée récemment.

Arrêt sur image

Eau et assainissement - L'Agglo prend la main

Au premier plan, la station d'épuration de Kerambreton

La loi NOTRe* impose le transfert de la compétence “eau et assainissement” aux communautés d’agglomération, à partir de janvier 2020. En discussion depuis deux ans, les neuf communes de CCA ont choisi d’anticiper la procédure. Depuis le 1er janvier 2018, l’Agglo gère un service de 46 agents. Pour les Concarnois, cela ne changera pas grand-chose au quotidien.

«Une étude sur ce transfert de compétence avait été lancée en 2013, la question de la mutualisation des moyens étant d'actualité. La loi NOTRe a permis d'aller plus loin dans sa mise en œuvre », explique Bruno Quillivic, adjoint au maire et ancien président du SIVU de Concarneau- Trégunc pour l'assainissement. Si les modalités du transfert ont été compliquées à mettre en place, celui-ci apparaît aujourd'hui bénéfique à l'ensemble des élus : se profilent en effet une simplification du fonctionnement et l'optimisation des coûts d'études et d'investissements. Toutes les communes profiteront en outre de l’expertise d’un bureau d’études bientôt mis en place par CCA. Bénéfique donc, et même légitime : « Les ressources en eau de nos communes -les bassins-versants de l’Aven, du Moros et les zones de captage – se situent en effet dans le périmètre administratif de notre Agglomération », précise Guy Pagnard, élu de Saint-Yvi et président du comité de pilotage des modalités de transfert.

56 MILLIONS D’INVESTISSEMENTS SUR 10 ANS

CCA dispose désormais d’un patrimoine estimé à 300 millions d’euros qu’elle devra entretenir. Engagés depuis longtemps par chacune des communes, les programmes pluriannuels d’investissement ne sont pas remis en cause. 56 millions d’euros sur 10 ans sont d’ailleurs mis sur la table, dont 18 millions attribués à Concarneau pour, notamment, interconnecter son réseau d'eau potable et ceux d'autres collectivités. À terme, l’idée est d’harmoniser le prix de l’eau entre les communes. « Le but est d’arriver à des prix unifiés pour l’eau potable et l’assainissement collectif, en maîtrisant l’évolution des tarifs de manière socialement acceptable », insiste Guy Pagnard.

RÉGIE OU DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC ?

Jusqu’alors, les services Eau et Assainissement des communes de CCA étaient gérés soit en régie, soit en délégation de service public. À Concarneau, c’est l’entreprise Suez qui gère la station d’épuration de Kerambreton, tandis que les services municipaux prennent en charge l’usine de traitement du Brunec et l’approvisionnement en eau. Pour ne rien brusquer, les élus communautaires ont décidé qu’il n’y aurait aucun changement avant 2023, date harmonisée des fins de contrats de délégation de certaines communes. Pour autant, dès mars 2020 – date des prochaines échéances électorales -, les nouveaux élus pourront débattre des modes de gestion qui seront adoptés à partir de 2024 dans l'ensemble du territoire de CCA.
*Nouvelle organisation territoriale de la République

Cycle de l’eau potable : rendement de 85 %

Sur le territoire de CCA, le réseau d’eau potable compte 1 134 km de canalisations, soit la distance entre Lille et Nice. Les tuyaux, dont la durée de vie varie de 60 à 80 ans, sont renouvelés régulièrement (0,6 % de renouvellement par an). Le rythme devrait toutefois progresser à hauteur de 1,4 %, avec l’injonction de maîtriser les effets financiers. Le réseau cornouaillais a un rendement compris entre 80 et 85 %, ce qui le situe dans la norme hexagonale. Mais les pertes en eau potable restent encore trop importantes et représentent un réel problème. Comment les agents repèrent-ils les zones de fuites ? Des compteurs quadrillent le territoire. En cas de doute, des appareils appelés corrélateurs acoustiques, qui mesurent les bruits d’écoulement, sont positionnés dans les secteurs révélant des dysfonctionnements.

Protection de la ressource en eau : avoir l’esprit citoyen

« Nous devons nous préparer à des années de plus en plus sèches », affirme Guy Pagnard. L’urgence sera donc de limiter au maximum les pertes d’eau potable en renouvelant régulièrement les canalisations défectueuses. Ce sera l’un des plus gros chantiers de la collectivité. « Certaines communes françaises ne renouvellent pas leurs conduites. C’est une erreur car c’est une dette importante qu’elles laisseront aux générations futures », ajoute Bruno Quillivic. Ce transfert est aussi l'occasion de rappeler aux citoyens de CCA la nécessité de contrôler leur consommation d'eau pour préserver la ressource.

Transfert de la compétence eau et assainissement : qu’est-ce que ça va changer pour les Concarnois ?

Pas grand-chose ! Le bureau d’accueil reste sur le même site, 24 rue du Maréchal-Foch, à Concarneau. Le numéro de téléphone pour joindre le service ne change pas. Du côté des changements : si les abonnés continueront de payer en ligne (avec possibilité d'être mensualisés dans le futur), ils pourront télécharger des formulaires et suivre l'historique de leur consommation via un portail web mis en service par CCA début 2018. Un agent relèvera une seule fois le compteur d’eau, au lieu de deux dans l’année.
Les usagers seront chargés d’effectuer eux mêmes le relevé intermédiaire. L’objectif est de dégager du temps de travail et de permettre aux agents d’effectuer d’autres tâches. Enfin, concernant les tarifs, les projections sur une dizaine d'années montrent une stabilisation du prix de l'eau.
> Contact : Direction Eau et Assainissement – CCA Tél. 02 98 60 77 10

Please publish modules in offcanvas position.